• Jenny

Ma reconstruction...


Nous sommes en 2009 et j'ai perdu 60 kg !!

Le bonheur ? Ah non, pas trop !

Personne ne m'a dit que j'allais ressembler à un ballon dégonflé ! Personne ne m'a dit que ma peau allait pendre de partout !

Ok, maintenant je peux faire pleins de choses avec ma fille et ma santé n'est plus en danger.

Mais qu'en est-il de mon couple ? J'ai un tablier, et pour dire les choses de façon plus clair de la peau qui pend au dessus de mon pubis ! J'ai des ailes de chauve-souris mais qui ne me servent à rien car je ne peux pas voler ! Et je ne vous parle pas des deux gants de toilette que j'ai à la place de mes seins !!

J'ai 23 ans et le corps littéralement détruit ! Je suis la seule coupable, j'ai abusé des bonnes choses, j'ai maltraité mon corps ! Je suis jeune et me suis reprise en main, je pensais que perdre du poid suffirait et que tout irait bien ensuite, mais non...

Je me suis demandé et je me demande encore pourquoi il n'y a de prévention sur l'après-obésité , si j'avais su, peut-être que j'aurais fait les choses différemment ! Enfin je ne le saurai jamais.

 

À présent que faire ? On me dit pas grand-chose car je souhaite avoir d'autres enfants !

Donc cela veut dire qu'il va falloir que je reste comme cela que je continue à me dégoûter et me cacher de mon époux.

Nous sommes en 2012, Elena vient de naître et c'est la cata, mon ventre pend encore plus qu'avant ! C'est décidé je dois faire quelque chose pour me sentir mieux dans ma tête et dans mon corps. Je me renseigne sur les différentes opérations, les prises en charges possibles, et j'ai fini par prendre rendez-vous avec le docteur Niddam qui est un chirurgien spécialisé dans l'esthétique mais aussi la reconstruction. Je rencontre le chirurgien avec qui j'ai un bon feeling, mais très vite je comprend que le net est plein de bêtises et que je ne pourrais jamais faire toutes les interventions en même temps et qu'elles auraient un certain coût ! Je décide donc de faire en premier l'abdominoplastie et j'apprends que même si elle est prise en charge par la sécurité sociale le chirurgien me demandera un dépassement d'honoraire de 1000 euros, c'est un gros sacrifice mais plus que nécessaire.


Mon dossier est envoyé à la sécurité sociale et je suis très rapidement reçu par un médecin du conseil, je m'en souviens comme si c'était hier, une dame très gentille m'a reçu dans son bureau, m'a posé deux/ trois questions et m'a demandé de me déshabiller, puis elle m'a dit je vous comprends, et puis j'ai pleuré. J'ai reçu l'accord de la prise en charge il me semble 15 jours après (c'est un peu flou à ce jour).

Puis j'ai revu le docteur et nous avons fixé une date pour l'opération le 18 décembre 2012, je me souviens avoir dit c'est chouette je pourrais regarder les films de Noël pendant ma convalescence. Il m'a expliqué le déroulement de l'intervention et les suites opératoires que je resterai trois jours à l'hôpital qu'à mon réveil j'aurai une sonde à demeure, des drains et une gaine de contention ah oui et les bas aussi ! Pour moi tout ceci n'était que du détail, je voulais juste me débarrasser de cette bedaine dégoûtante.


Nous sommes le 17 décembre, Damien m'a déposé à la clinique en fin de journée car je dois y dormir cette nuit, je serais la première à descendre au bloc demain matin, j'ai peur et je me sens seule. Le 18 décembre le jour J est arrivé, 6h du matin douché à la bétadïne, prise de calmants puis l'attente pour descendre au bloc. À 8h le brancardier vient me chercher pour m'emmener au bloc, à cet instant je ne stress plus mais je plane ! L'opération a durée entre 6 et 8h (je ne sais plus exactement ma mémoire me fais défaut) le réveil fut très difficile : soif, vertiges, vomissement mais pas de douleurs. Le lendemain le chirurgien est passé me voir, il m'a dit que tout s'est très bien passé, qu'il avait retiré plus de 3 kg de peau (le bonheur). Et le surlendemain (J+2) au petit matin on m'a enlevé la sonde à demeure et on a essayé de me lever mais je me sentais très faible et je l'ai fait remarquer mais le personnel a insisté, bilan j'ai perdu connaissance ! À la fin de la journée il a fallu faire une nouvelle tentative qui fut un succès.

Le lendemain (J+3) on est venue me retirer les drains et ce fut l'horreur, j'ai eu l'impression qu'on allait m'arracher les entrailles, heureusement que c'est une douleur qui ne dure pas. J'ai pu voir mon ventre pour la première fois , un nouveau nombril, un ventre gonflé mais je voyais de nouveau mon pubis ( ça paraît dingue mais oui avant l'opération je ne pouvais plus le voir.) Puis en fin de journée j'ai eu l'autorisation de rentrer chez moi. Aujourd'hui je dois avouer que je serai bien resté à l'hôpital relié à ma perf de morphine car je ne me doutais pas que j'allais plus que douillée en rentrant chez moi.


Bref, retour à la maison , un mari et deux enfants qui m'attendent. À l'époque Damien n'avait pas eu la possibilité de poser de congés, donc nous avons pris une assistante maternelle pour Élena et Clara allait à l'école. Les 15 premiers jours ce fut l'horreur, dormir sur le dos , pas de possibilité de me laver, des soins et une piqûre au quotidien. Après 15 jours, j'ai commencé à pouvoir me redresser mais il aura fallu attendre 1 mois pour que je recommence à vivre pleinement, que la douleur s'estompe et que je puisse voir le résultat.


Nous sommes le 23 mars 2019, soit presque 7 ans après l'opération, c'est le temps qu'il m'aura fallu pour pouvoir me confier et de réaliser que partager avec vous mon histoire pourrait peut-être vous aider mais aussi me libérer d'un poids. Il y a bientôt 15 jours j'ai pu enfin refaire ma poitrine mais cela fera l'objet d'une autre confession. Voici quelques photos avant et après, je compte sur votre bienveillance et votre gentillesse car aujourd'hui, je me mets à nu devant vous et je me sens plus vulnérable que jamais....




J+30



3 mois post op


6 mois post op



2018

7 années se sont écoulées et j'ai eu deux enfants de plus , pas de reprises de poids et j'ai un ventre plus plat que jamais. L'abdominoplastie est une intervention horriblement douloureuse mais elle m'a changé la vie ! Eh Oui, j'ai la carte du réseau autoroutier de France gravée sur la peau mais je m'en fiche littéralement, je reviens de loin et je mérite d'être enfin bien dans mes baskets !



  • Facebook Social Icône
  • Icône social Instagram